La galerie François Ier au château de Fontainebleau

Galerie François Ier

La galerie François Ier au château de Fontainebleau

Chef d’oeuvre de la Renaissance et longtemps un modèle pour les artistes, la galerie François Ier, comme son nom l’indique, est réalisée sous le règne du monarque François Ier. Ce dernier désire transformer le vieux donjon de Fontainebleau en palais de la Renaissance en faisant appel à de grands artistes italiens : les deux peintres Le Rosso (1494-1540) et Le Primatice (1504-1570) ainsi que le sculpteur Benvenuto Cellini (1500-1571). Ils sont réunis dans la résidence privilégiée du roi et s’entourent d’une équipe d’artistes français, italiens et flamands. Cette assemblée d’artistes prend le nom d’école de Fontainebleau car ils créent leur style. Certaines de leurs oeuvres sont visibles à la grande galerie d’apparat de Fontainebleau, construite entre 1534 et 1539.

tableau du peintre Le Rosso

Fresque et stuc de Rosso, Vénus frustrée

Les travaux d’agrandissement du château de Fontainebleau et la construction de la galerie font suite au retour de François Ier en France après sa captivité en Espagne vers 1525. Il veut retrouver autorité et prestige. le message, véhiculé par les oeuvres dans la galerie, est de représenter l’histoire et les actions principales de la vie du roi François Ier.

En parcourant la galerie, on s’aperçoit que tous les panneaux se présentent sous le modèle suivant : un grand tableau rectangulaire est au centre. Cette fresque centrale est surmontée d’un stuc qui représente souvent une salamandre (animal emblème du roi). Des deux côtés de la fresque sont disposées de grandes figures peintes ou en relief. Au dessous de la fresque, on trouve un relief ou une peinture de petite taille. Malgré cette analogie de structure, la décoration, pour chaque compartiment mural, présente des motifs architecturaux et ornementaux différents : des vases, des guirlandes de fleurs et de fruits,des coquillages, des masques, des monstres, des satyres, des animaux mythologiques etc.

L’école de Fontainebleau met au point un style décoratif original, où le stuc s’associe à la peinture à fresque. Les deux techniques ne sont pas simples à réaliser : pour la fresque, il faut peindre sur une couche de mortier encore frais; pour le stuc, il imite le marbre grâce à une pâte faite de poussière de marbre, de chaux et de craie. Ce type de décor est nouveau en France au XVIe siècle car au Moyen Age, les murs des châteaux étaient nus pour recevoir des tapisseries.

 

Vocabulaire :

apparat : magnificence

un satyre : demi-dieu à jambes de bouc

 

 

 

 

 

 

 

Un commentaire