L’art du portrait à la Renaissance

Georges Gisze, marchand allemand de Londres

Portrait du marchand allemand, Georges Gisze, 1532

Au XVIe siècle, l’art du portrait est un genre nouveau car il se distingue des scènes religieuses sur les tableaux au Moyen Age. La Renaissance met en avant l’individu et sa réussite personnelle, sa richesse et son pouvoir dans son environnement quotidien. Les aristocrates ne sont donc plus les seuls à se faire représenter, mais les marchands et les banquiers veulent aussi immortaliser leur réussite sociale. Le portrait en buste de trois quarts se diffuse et permet de saisir la personnalité du sujet grâce à son regard et à ses mains.

Afin d’afficher son pouvoir, François Ier, roi de France (1515-1547), engage le peintre français, Jean Clouet, qui réalise son portrait vers 1530. Le monarque désire être représenté surtout comme un roi raffiné et amateur des arts.

Détails d'un portrait de petit format au Moyen Age

Portrait miniature au Moyen Age

Le portrait de François Ier marque la fin des portraits de petites dimensions que les peintres français pratiquaient et le nouveau style des portraits « grandeur nature » à l’italienne. Soucieux du développement des arts pendant son règne, François Ier crée l’école de Fontainebleau pour développer un style français à l’image de ce que faisaient les artistes italiens, qu’il fréquentait.

Jean Clouet a peint le roi de France François Ier

Portrait de François Ier par Jean Clouet, musée du Louvre Paris

Le portrait est peint à l’huile (technique mise au point par le Flamand Jan Van Eyck au XVe siècle) sur un panneau en chêne. François Ier est peint de face, richement habillé. Les manches « gigots » de son pourpoint  en soie soulignent sa large stature. Sa puissance en tant que souverain est déjà établi, et c’est pourquoi Il ne porte ni sceptre, ni couronne. Cette dernière apparaît sur la tapisserie brodée qui sert de décor. François Ier veut avant tout mettre en valeur son bon goût, en tenant de la main gauche une épée, signe de noblesse pour un homme du XVIe siècle et en ayant la main droite posée sur un gant, signe d’élégance. Il a autour du cou le collier de l’ordre de Saint Michel, protecteur de la France sous la dynastie des Valois.

Vocabulaire :

En buste de trois quarts : la tête, le haut du corps et les mains apparaissent sur le tableau.

Un pourpoint : vêtement que portaient les hommes au Moyen Age.

Un sceptre : bâton ornemental, symbole de la royauté.