L’église du Val de Grâce

A l'église du Val de Grâce : le baldaquin

Le baldaquin dans l’église du Val de Grâce

A la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, un courant artistique, appelé baroque, s’affirme. Il se caractérise par une richesse des sujets et des formes. En 1646 sur les plans de l’architecte, François Mansart, on édifie l’église le Val de Grâce, que l’on rajoute à une abbaye, construite en 1621 en plein coeur de Paris à la demande de Anne d’Autriche.

L’intérieur de l’église au décor somptueux illustre le baroque français. On peut y voir des sculptures en mouvement. Le regard est attiré par la voûte, puis par la coupole où une fresque peinte par Pierre Mignard est en trompe l’oeil. Sur cette fresque, on reconnaît Anne d’Autriche qui remercie le ciel de la naissance de Louis XIV, en lui offrant une maquette de l’église du Val de Grâce. Le regard se pose sous un baldaquin ( dessiné par Le Duc et Le Muet) à six colonnes, où le thème de la nativité continue grâce aux sculptures de Michel Anguier : la vierge Marie et Joseph sont représentés en position d’admiration devant le miracle de la naissance de Jésus. Le décor et les personnages de l’église concourent à fêter la victoire de la vie sur la mort. les décorations, comme les rosaces de la voûte et les chapiteaux corinthiens, permettent de souligner la puissance de l’Eglise catholique.

fresque peinte par Mignard

La fresque sous la coupole réalisé par Mignard

Pourquoi cet art fait son apparition ? Au XVIe siècle, en réponse à la Réforme des protestants, l’Eglise catholique lance la contre-réforme, qui s’accompagne de la diffusion de l’art baroque. Dans la décoration des églises, il a pour objectif de faire revenir les chrétiens, tentés par le protestantisme, au sein de l’Eglise catholique. Il exalte la grandeur de Dieu et de l’Eglise, joue avec la lumière et les espaces. C’est l’art des lignes courbes, de l’exagération des mouvements, de l’exubérance des couleurs et de la profusion du décor. Il est reconnu comme un moyen de transmettre un enseignement et de provoquer l’émotion chez les fidèles.

Vocabulaire :

le baroque : surcharge décorative, effets dramatiques et exubérance des couleurs.

le trompe l’oeil : technique qui donne l’illusion de profondeur et de volume.