Une pièce d’orfèvrerie au XVIIIe siècle : la chocolatière

Une chocolatière en argent doré

La chocolatière avec le réchaud offerts à Marie Leszczynska

A partir de la Régence, les classes privilégiées possèdent une orfèvrerie pour l’usage quotidien car l’art de la table prend de plus en plus d’importance; les pièces d’apparat évoluent vers une orfèvrerie plus pratique et plus élégante sous Louis XV. Au XVIIIe siècle, de grands artisans talentueux réalisent des chocolatières pour orner les tables aristocratiques. Elles sont souvent en forme de poire et surélevées par trois pieds, afin de glisser un petit réchaud dessous.

C’est dans ce contexte qu’en 1729 à la naissance du dauphin (futur père de Louis XVI, Louis XVIII et de Charles X), le roi Louis XV offre à la reine Marie Leszczynska, un nécessaire à thé, à café et à chocolat. L’oeuvre est réalisée par Henry-Nicolas Cousinet (1700-1768), maître orfèvre célèbre, qui travaille au service du roi et de la noblesse. La grande finesse de l’oeuvre atteste de la qualité de l’orfèvrerie française qui influence toute l’Europe à l’époque.

 

Le thé, le café et surtout le chocolat sont à la mode au XVIIIe siècle parce qu’ils viennent de continents lointains. En effet, le développement du commerce avec les colonies apporte de nouveaux produits et donc de nouveaux besoins et la rareté de certains produits (thé, café et chocolat) les fait considérées comme des produits de luxe. L’importance de la consommation du chocolat dans les habitudes de l’aristocratie se révèle au travers de peintures ou de gravures comme celle de François Boucher (1703-1770) « le déjeuner ».

Pièces d'orfèvrerie du XVIIIe siècle

Nécessaire à thé, à café et à chocolat au Musée du Louvre

Le nécessaire, que la reine a reçu, est composé de nombreuses pièces, dont une chocolatière, un réchaud, un petit pot à crème en argent doré et en bois d’ébène; des tasses et un sucrier en porcelaine de Chine. L’oeuvre est de style rococo par ses ornements naturalistes comme les coquillages, les fleurs et les feuillages et par ses lignes courbes. La chocolatière a un bec verseur en forme de dauphin et repose sur trois pieds en forme de dauphin aussi, en référence au fils du roi.

 

 

 

Vocabulaire :

l’orfèvrerie :

L'orfèvrerie dans l'encyclopédie

L’orfèvrerie dans l’encyclopédie

 

 

 

 

 

 

 

 

une pièce d’apparat : objet utilisé seulement pour les réceptions, les grandes occasions

un réchaud : petit ustensile qui sert à chauffer le chocolat à l’époque

le dauphin : titre donné au fils aîné du roi depuis qu’au Moyen-Age le roi Valois Charles V reçoit le territoire du Dauphiné, situé au sud-est de la France.

la porcelaine : nouvelle matière découverte en Chine et utilisée pour les arts de la table

Un commentaire